Insectes

Le lucane cerf-volant : de retour dans la Forêt de Soignes ?

Vilda_52985_Opstijgend_Vliegend_hert_Jeroen_MentensLe lucane cerf-volant, appelé aussi grand cerf volant, est le scarabée le plus grand et le plus impressionnant de notre pays. Le mâle adulte, qui peut atteindre 7 à 8 centimètres, a d’énormes mâchoires ou mandibules. La femelle a de plus petites mâchoires et est moitié moins grande.

Les larves vivent principalement dans des souches de chêne, mais aussi de hêtre pourri ou de châtaignier. La métamorphose n’a lieu qu’après quatre ou cinq ans. Les insectes adultes rampent hors de leurs cachettes durant les premières journées chaudes de juin.

Ces grands coléoptères vivent une vie courte mais intense. Les mâles se battent pour avoir le droit de posséder une femelle. Le vainqueur saisit la femelle et la maintient entre ses mandibules pour l’accouplement. Ensuite, la femelle creuse un couloir et, après deux semaines, y dépose une douzaine d’œufs.

Le lucane cerf-volant n’a plus été plus observé en Forêt de Soignes depuis des décennies. Cependant, une colonie persiste dans un quartier résidentiel de Boitsfort, à quelques centaines de mètres de la forêt. Les gestionnaires espèrent, grâce aux mesures appropriées, voir cette espèce protégée revenir dans la Forêt de Soignes.

Le carabe chagriné : grand amateur de bois mort

© Holger Gröschl

© Holger Gröschl

Le carabe chagriné est un coléoptère de grande taille (de 2,5 à 4,5 cm), de couleur brun noir avec des reflets violacés. Il possède des élytres d’aspect rugueux (les élytres sont des ailes rigidifiées transformées et qui protègent l’animal). Il est très bien adapté pour courir mais a perdu la capacité de voler.

Cet animal est un prédateur qui se nourrit essentiellement de limaces, d’escargots, de larves d’autres insectes et de vers de terre. Il affectionne les sous-bois, plus particulièrement les feuilles mortes, les vieux troncs ou souches et les branches tombées. Laisser en suffisance du bois mort au sol est une mesure de gestion simple et efficace pour maintenir les populations de cet insecte en bon état.

La libellule déprimée joue du « blues »

PlatbuikLa libellule déprimée est une espèce très répandue. C’est une espèce pionnière que l’on rencontre surtout près des mares et des flaques récemment formées. Le mâle défend son territoire au départ d’un poste d’observation : une petite branche ou un roseau. Les rivaux de la même espèce sont chassés, mais les autres espèces de libellule doivent aussi déguerpir.

A quoi reconnaît-on la libellule déprimée ? Le mâle a l’abdomen bleu givré. Les femelles sont souvent brunâtres, avec une teinte plus claire qui peut aller jusqu’au jaune sur les côtés de l’abdomen.

L’orgye étoilée et ses chenilles bariolées

Rups_witvlakvlinder_shutterstockLes papillons font partie de ces insectes qui subissent une métamorphose complète. L’orgye étoilée est un papillon de nuit actif le jour, de la famille des lymantridés.

La particularité de cette espèce est que les chenilles sont bariolées. Jeunes, elles ont des tons beaucoup plus vifs qu’à l’état adulte. Etrangement, les jeunes chenilles très colorées sont plus difficiles à détecter pour les oiseaux, et cette coloration protectrice diminue avec la croissance des chenilles.

Les imagos, c’est-à-dire les papillons adultes, ne se nourrissent plus et ne vivent donc pas très longtemps, même dans la Forêt de Soignes.

L’adèle verdoyante brille sous le soleil

smaragdlangsprietmot_shutterstockL’un des papillons le plus souvent repérés au printemps est sans doute l’adèle verdoyante. Ce petit papillon (envergure de 16 à 22 mm) diurne a des ailes aux reflets métalliques qui oscillent entre le noir, le vert et le bronze doré. Un vrai bijou !

Les mâles, pourvus de très longues antennes, volent en groupes autour des branches d’arbres, lors des journées ensoleillées. La chenille vit au sol dans un fourreau confectionné avec des débris végétaux ; elle se nourrit de feuilles mortes.

C’est une espèce courante dans nos forêts, et en particulier dans la Forêt de Soignes.