Poissons

Le chevaine s’en donne à cœur joie dans l’IJse

KopvoornJusqu’à la fin du 19ème siècle, le chevaine (ou chevesne) était un poisson relativement courant en Belgique. Mais avec la pollution de l’eau, la rectification et le refoulement des cours d’eau, ce poisson vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

C’est pourquoi l’Instituut voor Natuur- en Bosonderzoek (Institut flamand pour les recherches sur la nature et la forêt) et l’Agentschap voor Natuur en Bos (Agence flamande pour nature et forêt) introduisent depuis 2008 des chevaines d’élevage dans l’IJse, qui prend sa source dans la Forêt de Soignes. Et une étude montre qu’il s’y plaît à ravir. Sur des parties relativement naturelles du tracé de l’IJse, les jeunes poissons trouvent des eaux calmes favorables à leur reproduction, tandis que les plus âgés préfèrent les courants plus rapides avec des abris naturels tels que des berges en surplomb. On relâche également chaque année le chevaine dans la Lasne et la Dyle afin qu’il puisse à nouveau coloniser le bassin de la Dyle.

L’épinoche à trois épines : petite mais courageuse

Driedoornige stekelbaarsL’épinoche est un petit poisson d’une longueur de 3 à 5 cm, pourvu de 3 épines dorsales. Son dos est brun verdâtre ponctué de noir et ses flancs gris argenté deviennent rouge vif lors de la reproduction. Le mâle construit alors un nid avec des plantes aquatiques, des algues et des débris végétaux. Il y attire la femelle pour la ponte. Le mâle assure ensuite la garde des oeufs jusqu’à leur éclosion, veillant à leur défense contre les prédateurs mais aussi à leur ventilation, ainsi qu’à l’enlèvement des oeufs morts.

Cette espèce commune se rencontre aussi bien dans les eaux douces que saumâtres et parfois aussi en milieu marin. Elle résiste assez bien dans les eaux polluées. Elle vit de 3 à 5 ans.