La Loge royale deviendra bientôt un point de rassemblement unique

Cet été, les travaux ont commencé à la Loge royale de l’ancien hippodrome de Groenendael pour parer au délabrement et au vandalisme dont elle a été victime pendant des décennies. L’ancienne église du prieuré de Groenendael a également été restaurée.

La Loge royale date de 1924 et témoigne du passé hippique royal sur le site.

© Stefanie Holvoet

© Stefanie Holvoet

La restauration a commencé à la mi-août et doit être terminée pour le printemps prochain. La Loge royale sera multifonctionnelle : il sera possible d’y passer la nuit au cœur de la nature, elle servira de salle de réunion et des cours de gestion environnementale y seront aussi assurés. Les visiteurs pourront uniquement accéder au bâtiment à pied ou à vélo. Celui-ci se situe à dix minutes de marche du parking du château de Groenendael. La concession de la Loge royale restaurée sera confiée aux exploitants du B&B Hippo-Droom à Groenendael.

Église du prieuré

© Stefaan Bockstal

© Stefaan Bockstal

L’ancienne église du prieuré de Groenendael a également été restaurée cet été. C’était une nécessité, car les murs penchaient et étaient partiellement effondrés. Ils sont désormais étayés et les débris ont été évacués. Le site est prêt pour l’étude archéologique préliminaire qui doit être lancée à l’automne. Les archéologues creuseront des tranchées de test pour savoir à quoi l’église ressemblait jadis et quels vestiges recèle le sous-sol. Cette étude est essentielle pour évaluer dans quelle mesure il est possible de restaurer les lieux et déterminer l’affectation à réserver au bâtiment.

L’ancienne église du prieuré augustin de Groenendael coïncide avec la base de l’ancien bâtiment délabré. Le mystique Jan van Ruusbroec a fondé le prieuré en 1343. En 1783, ce dernier a été surélevé et l’église partiellement détruite. En 1795, les Français ont porté le coup de grâce au prieuré. Un bâtiment de service et une écurie ont été aménagés dans la partie subsistante de l’église.