Le retour de la martre en Forêt de Soignes

Le retour de la martre en Forêt de Soignes

 

Le 21 mars 2019, une martre a été filmée en Forêt de Soignes, près de Bruxelles. Il s’agit là d’une découverte particulière étant donné que c’est la première fois que l’espèce est observée avec certitude dans ce vaste domaine forestier. C’est le résultat probant des efforts consentis pour la préservation de la nature, auxquels ont contribué pratiquement toutes les organisations actives dans le secteur de la nature.

 

Les martres sont souvent un bon baromètre pour les zones forestières de haute valeur naturelle. Si le jour, elles se retranchent dans des arbres et des cavités (d’arbre), la nuit, elles sortent à la recherche de nourriture. Leur régime alimentaire est diversifié et elles apprécient dès lors particulièrement les grands bois variés. Il n’est donc pas étonnant de voir apparaître cette espèce en  Forêt de Soignes, l’une des forêts les plus anciennes et les plus vastes de Flandre, qui s’étend au-delà des frontières régionales.

Même si la martre reste une apparition rare, elle semble revenir en force en Flandre. Le nombre d’observations a sensiblement augmenté ces dernières années, notamment grâce à une étude ciblée, impliquant l’utilisation de pièges photographiques et l’enregistrement des victimes de la route. Entre-temps, on rencontre l’espèce dans de plus en plus d’endroits disséminés dans toute la Flandre. La preuve que les investissements dans la qualité forestière et les mesures de défragmentation portent leurs fruits.

Signalements

En Brabant flamand, le nombre de signalements reste momentanément restreint. Mises à part une victime de la route et une image caméra dans le bois de Meerdaal en 2012, l’espèce est restée inaperçue. Autour de la Forêt de Soignes, en revanche, les signaux laissant présager la présence de la martre remontent à plus longtemps. Ainsi, le conservateur d’une réserve dans la partie wallonne de la Forêt de Soignes pensait avoir reconnu une martre en 2014 et en septembre 2017, la dépouille d’un mâle a été retrouvée à Uccle, à la lisière de la Forêt de Soignes, dans la partie bruxelloise. Une autopsie effectuée par le spécialiste des martres, Koen Van Den Berge (Instituut voor Natuur en Bosonderzoek – INBO), avait révélé à l’époque qu’il s’agissait d’un jeune de l’année. On a supposé que la naissance de cette martre s’était produite à proximité.

Des images caméra

Ce n’est que récemment, le 21 mars pour être précis, que Natuurpunt, dans le cadre d’une étude de la dispersion du blaireau et de la martre dans la région de la frontière linguistique au sud de Bruxelles, a pu effectivement enregistrer des images d’une martre dans la partie flamande de la Forêt de Soignes, gérée par l’Agentschap voor Natuur en Bos.

Les images caméra n’ont pas permis de déterminer avec certitude l’âge ou le sexe de l’animal, et on ne sait donc pas s’il s’agit d’un individu errant ou confirmé. Une étude antérieure a en effet démontré que les martres pouvaient se disperser sur de très grandes distances, parfois des dizaines de kilomètres, avant de coloniser de nouvelles zones. Une étude complémentaire devrait déterminer dans les mois à venir s’il s’agit d’une implantation locale ou d’une reproduction.

La défragmentation paie!

L’observation d’une martre en Forêt de Soignes est une belle récompense pour les autorités flamandes, bruxelloises et wallonnes qui gèrent la forêt. La martre a été découverte à quelques centaines de mètres de l’écoduc de ‘Groenendael’ qui enjambe le Ring de Bruxelles. Cet écoduc est la pièce maîtresse du projet Life+ OZON qui, ces dernières années, s’est attelé à défragmenter ce vaste domaine forestier. Les différents gestionnaires et organisations ont collaboré étroitement pour le suivi de ces travaux d’infrastructure. Il en est ressorti que les écoducs et autres tunnels étaient fortement fréquentés, par tous les groupes d’espèces. L’étude de Natuurpunt s’inscrit en outre dans la lignée du  ‘Plan Martre’, qui s’efforce de reconnecter les zones naturelles et forestières, plus à l’ouest (au niveau du bois de Hal). Des efforts semblables sont consentis autour de la Forêt de Soignes, dans le cadre du projet stratégique HORIZON+. Il est clair à présent que tous ces projets au sud de Bruxelles sont véritablement prometteurs et justifient l’implication des nombreux partenaires concernés.

Vous avez vu une martre?

Vous avez vu une martre ou vous avez trouvé sa dépouille le long de la route? Encodez vos observations via www.observations.be ou www.dierenonderdewielen.be. L’enregistrement des victimes de la route nous aide à mieux nous figurer la dispersion de l’espèce. Les dépouilles d’animaux collectées sont étudiées par des chercheurs de l’Instituut voor Natuur- en Bosonderzoek (INBO). Essayez de documenter au mieux votre observation au moyen de photos car la martre se confond aisément avec une espèce plus commune, la fouine. Pour faire la distinction entre les deux espèces, suivez ce lien.

Le projet de biodiversité durable ‘Plan Boommarter in actie’ est réalisé par Natuurpunt Studie, en collaboration avec le Regionaal Landschap Pajottenland & Zennevallei, avec le soutien financier de la Province du Brabant flamand.

Texte et film: Griet Nijs, Natuurpunt