Les Ministres inaugurent l’Ecoduc de Groenendael destiné aux animaux 

Le Ministre flamand de la Mobilité et du Bien-Etre Animal, Ben Weyts, la Ministre bruxelloise de l’Environnement, Céline Fremault, et l’administratrice générale de l’Agentschap voor Natuur en Bos, Marleen Evenepoel, ont inauguré l’écoduc de Groenendael. Désormais, l’écoduc est exclusivement réservé aux animaux, leur permettant de traverser le Ring de Bruxelles en toute sécurité. Des traces de passage d’animaux ainsi que des photos prises par des caméras de surveillance sont des preuves que les animaux ont déjà trouvé le chemin qui conduit à l’écoduc.

Ben Weyts, Céline Fremault et Marleen Evenepoel n’ont pas seulement réservé l’usage de l’écoduc aux animaux, une œuvre d’art naturelle a également été dévoilée. Cette œuvre a été conçue par l’artiste Koen Vandewalle et a été implantée sur le passage à faune dont la largeur couvre soixante (!) mètres. Tout comme le graffiti de DZIA sous le pont et le texte « Ecoduct Groenendaal » en lettres géantes, cette œuvre d’art doit informer les usagers de la route sur le rôle de ce pont couleur de sable, qui va contribuer à « défragmenter » une zone naturelle d’environ cinq-mille hectares.

Ben Weyts: « Cet Ecoduc améliore la sécurité de la circulation, tant pour les animaux que pour l’homme. Les animaux sont guidés vers un passage sécurisé. Les chauffeurs ne sont plus forcés de faire des manœuvres dangereuses afin de contourner un animal qui tente le passage. Et deux parties fragmentées de la forêt de Soignes, traversées par le Ring de Bruxelles, sont à nouveau reconnectées par l’Ecoduc », rajoute le Ministre chargé de la Mobilité, de la Périphérie flamande et du Bien-Etre animal.

Marleen Evenepoel: « Ce n’est pas sans raison que le graffiti représente des images de chevreuils, de martres de pins, de carabes, de salamandres et de chauves-souris. Ce sont seulement quelques exemples des espèces animales qui utiliseront cet écoduc. En effet, un écoduc a un fonctionnement écologique très large. Son ampleur et son implantation dans le paysage, réfléchie, font que plusieurs espèces animales peuvent en bénéficier simultanément. »

Corridors destinés aux amphibiens et aux chauves-souris

Si un pont avec une largeur de soixante mètres sur le Ring de Bruxelles est particulier, ce ne sont pas seulement ses dimensions qui le rendent exceptionnel. Beaucoup d’attention a été accordé à l’intégration du pont dans la forêt, en plantant des haies et même des arbres que l’on trouve partout dans la forêt de Soignes. Tout a été choisi tenant compte des préférences des espèces animales. Ainsi, un corridor humide a été aménagé pour les amphibiens et un couloir contenant de grands arbustes destinés à faciliter l’orientation des chauves-souris. De cette manière, nous avons essayé de rentabiliser au maximum notre investissement.

Dans une perspective plus large

L’environnement du pont, lui-aussi, a été retransformé. Ces derniers mois, plus de 10.000 arbustes et arbres ont été plantés, établissant ainsi une connexion naturelle entre le pont et le paysage qui l’entoure. Une partie de l’ancien hippodrome de Groenendael a été transformé en zone de pâturage où paissent huit Highlands écossais, qui se chargeront du fauchage écologique de la zone.  Une tour avec une vue sur les mammifère sauvages et la pente vers l’écoduc a aussi été construite.

Les gouvernements flamands et bruxellois avaient déjà aménagés un pont entre les arbres, des écotunnels et une clôture à faune de 25 km servant à guider les animaux. Le but est de relier les différentes parties de la forêt séparées par les infrastructures de transport pour obtenir une seule et unique zone naturelle. Toutes ces mesures de défragmentation s’inscrivent dans le cadre du projet LIFE+ OZON et du schéma de structure de la Forêt de Soignes.

Céline Fremault, Ministre bruxelloise de l’Environnement: « Les trois Régions ont développé ensemble la vision du Schéma de structure de la forêt de Soignes. A terme, notre objectif commun est d’aménager des ‘portes d’entrée’ à la forêt pour y accueillir les visiteurs. Mais aussi de reconnecter et d’intégrer la forêt de Soignes dans un réseau écologique plus vaste. Ces mesures sont indispensables pour donner à ce joyau de Nature un avenir face à toutes les contraintes qu’il subit ».

Projet européen

La construction de l’écoduc s’inscrit dans le cadre du projet OZON et du programme européen LIFE+. Plus d’information: http://www.foret-de-soignes.be/lifeozon

Timelapse construction ecoduc

Cliquez-ici pour regarder le timelapse de la construction de l’écoduc sur la chaîne YouTube de l’Agentschap voor Natuur en Bos.